dimanche 20 avril 2014

Христос васкресе!

Христос васкресе!


                    


                 <


                           




samedi 19 avril 2014

Chapeau de Pâques !


Qui dit extravagance dit anglo-saxon. Et le chapeau de Pâques ne fait pas exception à la règle. Cette tradition est née au milieu du 20ème siècle en Angleterre, supplantant l'usage qui voulait que chacun montre ses nouveaux habits à l'arrivée du printemps. A la place, les Anglais ont commencé à organiser des parades de chapeaux faits main dans tout le pays. Plus le chapeau est excentrique et créatif, mieux c'est.
































Fraises Espagnoles, Scandale Ecologique !



FRAISES ESPAGNOLES SCANDALE ÉCOLOGIQUE

Publié le 4 Avril 2014

FRAISES ESPAGNOLES SCANDALE ÉCOLOGIQUE
D'ici à la mi‐juin, la France aura importé d'Espagne plus de 83 000 tonnes de fraises.
Enfin, si on peut appeler «fraises» ces gros trucs rouges, encore verts près de la queue car cueillis avant d'être mûrs, et ressemblant à des tomates. Avec d'ailleurs à peu près le goût des tomates...
Si le seul problème posé par ces fruits était leur fadeur, après tout, seuls les consommateurs piégés pourraient se plaindre d'avoir acheté un produit qui se brade actuellement entre 2 et 3 € le kilo sur les marchés et dans les grandes surfaces, après avoir parcouru 1 500 km en camion.
À 10 tonnes en moyenne par véhicule, ils sont 16 000 par an à faire un parcours valant son pesant de fraises en CO2 et autres gaz d'échappement.
Car la quasi‐totalité de ces fruits poussent dans le sud de l'Andalousie, sur les limites du parc national de Doñana, près du delta du Guadalquivir, l'une des plus fabuleuses réserves d'oiseaux migrateurs et nicheurs d'Europe.
Il aura fallu qu'une équipe d'enquêteurs du WWF‐France s'intéresse à la marée montante de cette fraise hors saison pour que soit révélée l'aberration écologique de cette production qui étouffe la fraise française (dont une partie, d'ailleurs, ne pousse pas dans de meilleures conditions écologiques).
Ce qu'ont découvert les envoyés spéciaux du WWF, et que confirment les écologistes espagnols, illustre la mondialisation bon marché.
Cette agriculture couvre près de 6 000 hectares, dont une bonne centaine empiète déjà en toute illégalité (tolérée) sur le parc national. Officiellement, 60% de ces cultures seulement sont autorisées ; les autres sont des extensions «sauvages» sur lesquelles le pouvoir régional ferme les yeux en dépit des protestations des écologistes.
Les fraisiers destinés à cette production, bien qu'il s'agisse d'une plante vivace productive plusieurs années, sont détruits chaque année. Pour donner des fraises hors saison, les plants produits in vitro sont placés en plein été dans des réfrigérateurs qui simulent l'hiver, pour avancer leur production.
À l'automne, la terre sableuse est nettoyée et stérilisée, et la microfaune détruite avec du bromure de méthyl et de la chloropicrine :
  • Le 1er est un poison violent interdit par le protocole de Montréal sur les gaz attaquant la couche d'ozone, signé en 1987 (dernier délai en 2005) ;
  • Le 2nd, composé de chlore et d'ammoniaque, est aussi un poison dangereux: il bloque les alvéoles pulmonaires.
Qui s'en soucie ?
La plupart des producteurs de fraises andalouses emploient une main-d’œuvre marocaine, des saisonniers ou des sans‐papiers sous‐payés et logés dans des conditions précaires, qui se réchauffent le soir en brûlant les résidus des serres en plastique recouvrant les fraisiers au cœur de l'hiver.
Un écologiste de la région raconte l'explosion de maladies pulmonaires et d'affections de la peau.
Les plants poussent sur un plastique noir et reçoivent une irrigation qui transporte des engrais, des pesticides et des fongicides. Les cultures sont alimentées en eau par des forages dont la moitié ont été installés de façon illégale. Ce qui transforme en savane sèche une partie de cette région d'Andalousie, entraîne l'exode des oiseaux migrateurs et la disparition des derniers lynx pardel, petits carnivores dont il ne reste plus qu'une trentaine dans la région,
leur seule nourriture, les lapins, étant en voie de disparition. Comme la forêt, dont 2 000 hectares ont été rasés pour faire place aux fraisiers.
La saison est terminée au début du mois de juin. Les 5 000 tonnes de plastique sont soit emportées par le vent, soit enfouies n'importe où, soit brûlées sur place.
Et les ouvriers agricoles sont priés de retourner chez eux ou de s'exiler ailleurs en Espagne.
Remarquez :
ils ont le droit de se faire soigner à leurs frais
au cas où les produits nocifs qu'ils ont respiré …
La production et l'exportation de la fraise espagnole, l'essentiel étant vendu dès avant la fin de l'hiver et jusqu'en avril, représente ce qu'il y a de moins durable comme agriculture, et bouleverse ce qui demeure dans l'esprit du public comme notion de saison.
Quand la région sera ravagée et la production trop onéreuse, elle sera transférée au Maroc, où les industriels espagnols de la fraise commencent à s'installer.
Avant de venir de Chine, d'où sont déjà importées des pommes encore plus traitées que les pommes françaises...
Dommage que les consommateurs se laissent prendre, comme ils se laissent prendre aux asperges « primeur » en provenance de la même région et bénéficiant des mêmes soins chimiques. Au lieu d’attendre quelques semaines que les producteurs de proximité offrent les mêmes produits sur des marchés de proximité.
PAR Claude‐Marie Vadrot

vendredi 18 avril 2014

Gabriel Garcia Marquez !

Petit hommage à Gabriel Garcia Marquez qui a 87 ans s'est envolé vers les étoiles. 



« Si pour un instant Dieu oubliait que je suis une marionnette en chiffon, et qu’il m’offre un morceau de vie, je profiterais de ce temps le plus possible.

Je suppose que je ne dirais pas tout ce que je pense, mais en définitive, je penserais tout ce que je dis.
Je donnerais une valeur aux choses, pas pour ce qu’elles valent, mais pour ce qu’elles signifient.
Je dormirais peu, je rêverais plus.
Je crois que chaque minute passée les yeux fermés représente soixante secondes en moins de lumière.
Je marcherais quand les autres s’arrêtent, je me réveillerais quand les autres dorment.

Si Dieu m’offrait un morceau de vie, je m’habillerais simplement, me déshabillerais sous le soleil, en laissant nu non seulement mon corps, mais aussi mon âme.

Je prouverais aux hommes combien ils se trompent en pensant qu’on ne tombe plus amoureux en vieillissant, et qu’ils ne savent pas qu’on vieillit lorsqu’on cesse de tomber amoureux.
Je donnerais des ailes à un enfant, mais je le laisserais apprendre à voler seul.
J’enseignerais aux vieux que la mort ne vient pas avec l’âge, mais avec l’oubli.

J’ai appris tant de choses de vous, vous les hommes..
J’ai appris que tout le monde veut vivre au sommet de la montagne, sans savoir que le véritable bonheur réside dans la manière de l’escalader.
J’ai appris que quand un nouveau né serre fort de son petit poing, pour la première fois, la main de son père, il le retient pour toujours.
J’ai appris qu’un homme n’a le droit d’en regarder un autre de haut que pour l’aider à se lever.
J’ai appris tant de choses de vous, malheureusement, elles ne me serviront plus à grand-chose, car lorsqu’on me rangera dans ce coffre, je serai malheureusement mort.

Dis toujours ce que tu sens, et fais ce que tu penses.

Si je savais que je te vois dormir aujourd’hui pour la dernière fois, je t’embrasserais très fort et je prierais le Seigneur pour pouvoir être le gardien de ton âme.
Si je savais que ce sont les dernières minutes où je te vois, je te dirais : « je t’aime », sans présumer bêtement que tu le sais déjà.

Il y a toujours un lendemain et la vie nous donne une autre occasion de faire bien des choses, mais si jamais je me trompe et que je n’ai plus que ce jour, j’aimerais te dire combien je t’aime et que je ne t’oublierai jamais.
Le lendemain n’est garanti à personne, qu’il soit jeune ou vieux.
Aujourd’hui peut être le dernier jour où tu vois ceux que tu aimes.

N’attends pas, fais-le aujourd’hui, car si demain ne vient pas, tu regretteras sûrement de n’avoir pas pris le temps d’un sourire, d’une caresse, d’un baiser, car tu étais trop occupé pour pouvoir faire plaisir.

Garde près de toi ceux que tu aimes, dis-leur à l’oreille combien tu as besoin d’eux, aime-les et traite-les bien, prends le temps de leur dire « je regrette », « pardonne-moi », « s’il te plaît », et tous les mots d’amour que tu connais.

Personne ne se souviendra de toi pour tes pensées secrètes. Demande au Seigneur la force etla sagesse de les exprimer. Montre à tes amis et aux êtres chers combien ils sont importants pour toi.

http://www.jepoeme.com/forum/paroles/Gabriel_Garcia_Marquez_Paroles/8909/1.html








jeudi 17 avril 2014

Stop à la pollution par les sacs en plastiques !

Le Parlement Européen veut en finir avec les sacs en plastiques, c'est parfait, moi j'ai commencé ce combat en 2000 et d'autres bien avant moi. 
Ne nous endormons pas sur nos lauriers, nous devons toujours être vigilants.



Valorisation des déchets de sachets plastiques :
http://www.envirobf.org/dossiers-speciaux/14-valorisation-des-dechets-de-sachets-plastiques-application-dans-les-villes-subsahariennes.html

http://www.envirobf.org/actualites/518-le-sac-plastique-que-faire-contre-ce-fleau-environnemental-partie-1-tour-dhorizon.html

Le 6ème continent !



Ce sixième continent fait 600 000km2 soit deux fois la France.  Il flotte dans l’océan pacifique et est composé principalement de déchets plastiques. Tous les déchets non biodégradable sont rassemblés dans un coin de l’océan pacifique par les courants, ce qui a formé une « île » de déchet ou « la plus grande poubelle à ciel ouvert du monde et de l’histoire ».
Cette île qui flotte entre San Francisco et Hawaï constituée uniquement d’ordures soit 3,5 millions de tonnes dont 80% de plastique, est quasiment indestructible et grossit a vu d’oeil.
On y trouve des « meubles », des « filets de pêche », des « pneus », des « bouteilles plastiques »; en bref on estime que 80% des débris proviennent des continents.
« Les fragments s’agglutinent par anneaux successifs selon leur taille, les plus petits au milieu, là où les courants s’amenuisent jusqu’au poteau noir central. Il est composé de 6 fois plus de débris plastiques que de plancton, à la base de la chaine alimentaire de la région pour les oiseaux. Sur les îlots, le sable est en plastique et les oiseaux marins sont gavés de fragments indigestes mais volumineux qui leur remplissent l’estomac. Ils avalent indifféremment des petit machins colorés qu’ils n’éliminent pas et finissent par mourir de faim, le ventre bien rempli. »
- See more at: http://blog.korwater.fr/developpement-durable/6e-continent/#sthash.MjYwamXe.dpuf


Que pouvons-nous faire ?

Changer notre façon de fonctionner par rapport à cette pollution. Il y a des attitudes très simple a adopter :

Des cabas en tissus recyclés
Acheter viandes, fromages etc....à la découpe, les fruits etc..en vrac.
Privilégier les emballages en verre.
Privilégier le second hand pour les vêtements, meubles etc....
Gérer nos achats.

D'autres idées faciles a mettre en pratiques ?
  

The Church Choir Branko (Niš, Serbia) - Cherubim song (Heruvimska pesma)

                 

Le jeudi 24 avril 2014 à 20h.

Au Centre Culturel Wallonie Bruxelles de Paris

46 rue Qincampois, 75004 Paris

Le répertoire du concert contient les plus beaux chants de la liturgie orthodoxe.

Renseignements : 01 42 71 58 03




mercredi 16 avril 2014

Pétition pour sauver Le Grenier, où Picasso peignit Guernica !


Une pétition, déjà signée par plusieurs personnalités, a été lancée sous forme de lettre ouverte à la maire de Paris et au Premier ministre, tous deux d'origine espagnole, pour sauver le Grenier des Grands-Augustins où Picasso peignit Guernica.
Charlotte Rampling, Bernard Lavilliers, Lucien Clergue, Jean-Pierre Mocky ou Didier Lockwood, parmi d'autres, ont signé cette lettre ouverte initiée par le média en ligne Opinion internationale, demandant à Anne Hidalgo et Manuel Valls "d'instruire une procédure de classement en urgence du Grenier comme lieu de mémoire".


"Vous êtes tous deux nés en Espagne et avez choisi de vivre en France et à Paris. C'est également à Paris que Picasso peignit le plus important tableau du XXe siècle, Guernica, dans l'atelier (...), où il vécut de 1937 à 1955. A votre manière, vous êtes des héritiers singuliers de Guernica et vos destins marchent sur les pas de Picasso", souligne la lettre ouverte.



L'atelier de Picasso transformé en hôtel de luxe?



Le Grenier des Grands Augustins, situé dans l'Hôtel de Savoie, estfermé au public depuis novembre 2013 après l'expulsion du Comité national pour l'éducation artistique, sur demande de la Chambre des huissiers de justice de Paris, propriétaire de l'immeuble. Selon Opinion Internationale, l'immeuble, mis en location, risque d'être transformé en résidence hôtelière de luxe.


Pourtant, "l'un des héritiers du peintre était disposé à financer intégralement une Fondation qui aurait maintenu la vocation patrimoniale du bâtiment", explique le média. La commission régionale du patrimoine et des sites doit se réunir le 13 mai pour décider d'une éventuelle extension de la protection de l'immeuble des Grands-Augustins, informe le site.



C'est là que Picasso a peint Guernica.